Qu’il s’agisse d’acheter un ticket d’autobus, de se rendre chez le médecin, de trouver un appartement ou, tout simplement, d’ouvrir la bouche pour soutenir une conversation ordinaire, la plupart des étudiants en anglais ont hâte de s’exprimer – après tout, n’apprend-on pas l’anglais dans le but de communiquer ?

Mais n’oubliez pas qu’écrire est un autre aspect extrêmement important de la communication – même à l’ère de Snapchat et d’Instagram. Pour vous y aider, nous avons établi une liste de sept conseils hyper pratiques pour améliorer votre anglais écrit.

1. LISEZ ENCORE ET TOUJOURS PLUS

Vous ressentez une impression de déjà vu ? Vous n’êtes pas le seul. Si « lire davantage » est souvent conseillé pour mieux maitriser l’écriture, c’est précisément parce que cela fonctionne ! Lire vous expose à un vocabulaire nouveau, des choix de mots intéressants et de belles phrases que vous pourrez ensuite réutiliser dans vos propres écrits. Ne vous souciez pas du choix de vos lectures – le but est de lire abondamment et fréquemment. Des romans, des ouvrages non romanesques, des blogs, des articles de journaux, des magazines – du moment qu’il s’agit d’un texte écrit (et bien écrit), lisez-le !

2. BANNISSEZ CES MOTS DE VOTRE VOCABULAIRE

Pour propulser votre style à une niveau supérieur, bannissez ces mots inopportuns de vos écrits : very, really, quite, good, got, stuff et things. Vous vous demandez peut-être en quoi supprimer ces quelques mots simples vous aidera à améliorer considérablement votre expression écrite. Eh bien, en réalité, il s’agit de mots inutiles. Ils ne permettent pas de communiquer puissamment et sans eux, votre texte conservera le même sens – tout en étant beaucoup plus lisible !

Conseil supplémentaire : remplacez l’association « very / really + adjectif » par un « adjectif extrême ». Very hungry devient ainsi ravenous. To run really fast devient ainsi to sprint. Really dirty devient ainsi filthy. Il existe des centaines d’adjectifs de ce type à utiliser dans une composition écrite.

3. UTILISEZ UN THÉSAURUS

Après avoir supprimé les mots inutiles de votre expression écrite, le moment est venu de leur choisir d’excellents termes de substitution. C’est là qu’intervient votre nouveau meilleur ami – le thésaurus. Utilisez-le pour substituer les termes que vous utilisez trop souvent par des alternatives plus intéressantes, plus appropriées ou plus élaborées (par exemple, cloth > fabric ; money > cash ; change > alter ; happy > glad ; decorate > embellish ; improve > enhance.) Éviter une terminologie trop commune ou un vocabulaire simpliste confèrera à votre texte un caractère plus personnel et plus sophistiqué. Cependant, veillez à ne pas dépasser les bornes ! Votre composition écrite devra encore se lire naturellement et être comprise par votre public-cible (voir point 5).

4. UTILISEZ ET REMARQUEZ LES COLLOCATIONS

Les collocations sont des termes que l’on a tendance à associer, même si d’autres combinaisons de mots sont tout aussi correctes d’un point de vue grammatical. Pensez à la collocation heavy rain en anglais. Grammaticalement, il est tout à fait possible d’utiliser strong rain, mais cela a une consonance étrange pour des oreilles accoutumées. Les collocations sont nombreuses et comprennent, entre autres, weak tea (non pas feeble tea), excruciating pain (non pas excruciating joy), tall trees (non pas high trees), buy time (non pas purchase time) et fast cars (non pas quick cars). Vous familiariser avec des collocations typiques rendra votre composition écrite plus naturelle.

Pour accroître votre connaissance des collocations, commencez par un verbe de base tel que make, do, get, break, tell – et recherchez les collocations associées. Vous pouvez également commencer par un « type » de collocation et en mémoriser quelques exemples. Certains de ces types comprennent les combinaisons suivantes :

• Adverbe + adjectif (completely satisfied, widely available, bitterly disappointed)
• Adjectif + nom (strong coffee, heavy traffic, severe weather)
• Verbe + nom (commit suicide, do your homework, make amends)
• Nom + nom (a surge of anger, liquor licence, panic attack)

5. CIBLEZ VOTRE PUBLIC

Lorsque vous rédigez une composition écrite, il est très important d’adapter votre style à votre public-cible. Pensez-y : la langue que vous utilisez est différente selon que vous rédigez votre CV, un essai universitaire ou un article pour votre blog personnel. Ce sont essentiellement votre ton et le choix des mots utilisés qui font la différence. Donc, avant de taper un quelconque texte sur votre clavier, veuillez prendre en compte les points suivants :

S’agit-il d’un texte plus formel, comme une candidature universitaire, une lettre de motivation ou un essai ? Ces textes sont :

• Généralement complexes avec des phrases plus longues et des points étudiés plus approfondis
• De nature moins affective et non destinés à émouvoir le lecteur
• Typiquement exempts de mots contractés (cannot, would not have, television)

D’autre part, vous pouvez écrire un texte informel comme un article de blog, une lettre personnelle ou une publicité. Dans ce cas vous pouvez :

• Utiliser un langage plus simple et des phrases plus courtes pour décomposer vos idées
• Inclure des contractions et des abréviations (telles que can’t, wouldn’t have, TV)
• Utiliser un langage familier et écrire comme si vous vous adressiez directement au lecteur (cela inclut les termes d’argot, les figures de style, les apartés et les pronoms personnels I, you, my, your…)
• Teinter vos écrits d’empathie et d’émotion

6. PRÉFÉREZ LE LANGAGE ACTIF AU LANGAGE PASSIF

Pour une expression écrite plus claire et plus concise, il vaut généralement mieux préférer la forme active à la forme passive (voyez vous-même : The shark bit the surfer est plus clair et quelque peu plus évocateur que The surfer was bitten by the shark.)

Bien qu’il y ait souvent de bonnes raisons d’utiliser la forme passive – par exemple, pour exprimer la notion d’autorité (Children are not allowed to swim without an adult) ou éluder le sujet avec tact (The cause of the confusion was unknown), il vaut mieux éviter d’y recourir avec excès.

7. N’ÉCRIVEZ PAS SEUL DANS VOTRE BULLE

Apprendre seul est une entreprise extrêmement difficile, alors ayez le courage de solliciter des commentaires sur votre expression écrite. Les bons correcteurs sont des personnes de langue maternelle anglaise, intéressées par l’écriture et la langue, ou des locuteurs de l’anglais de niveau avancé. Une fois que votre correcteur aura vérifié votre travail, mettez en pratique ses conseils et sollicitez de sa part un ultime examen avant de soumettre ou publier votre article.

This article was provided by EF, you can find the original version here: http://www.ef.fr/blog/language/7-conseils-pour-ameliorer-son-anglais-ecrit/

Share This